Thursday, March 23, 2017

résumé séances du 10/ 17 fevrier



Taiwan sous la loi martiale :

Sous prétexte d’empêcher la propagation du communisme et pour affirmer sa position, le KMT déclare la loi martiale. Ils établissent ainsi leur position dans le but de reconquérir le territoire chinois et s’assure, en tant que puissance anti-communiste, le soutient des forces américaines. La loi martiale permet au KMT de museler la constitution de la république de Chine, et endigue ainsi tout processus de démocratisation.

Obsédé par la question chinoise, le parti amorce une politique d’identification de Taiwan à la Chine et défend le principe d’une Chine unique.
Le KMT développe à Taiwan une politique libérale, influencé notamment par ses relations avec les États-Unis, et voit son économie prospérer. C’est le paradoxe d’une société mois libre à l’économie toujours plus libérale. 

La libéralisation de la Chine est marquée par un réchauffement des relations avec le gouvernement américain et conduit à la destitution du statut de Taiwan dans les relations internationales.
Après la mort de son père, toujours sous la loi martiale, CCK réussit à maintenir l’économie de Taiwan et redore l’image internationale de l’île. Il entame en parallèle les premières réformes d’un processus de démocratisation.

Taiwan et la démocratisation

La démocratisation à Taiwan est un processus qui s’est développé sous les interdis de la loi martiale, autour du débat identitaire. Sous la pression des « hors partis », devenu le DPP, la levée de la loi martiale a conduit à un pluripartisme politique qui inaugure les premières avancées du processus démocratique.

A la mort de CCK, Lee Teng Hui prend les rênes du KMT. La principale difficulté de son mandat réside dans la contradiction à octroyer de plus en plus de liberté à Taiwan tout en composant avec le concept de Chine unique qui justifie la ligne politique de son parti. Il entame ainsi une série de réforme politique tâtonnante jusqu’à amendé la constitution. Dans ce mince interstice, l’action politique a permis de conserver la souveraineté taiwanaise et a vu naitre des élections représentatives de la population insulaire, par l’adoption du suffrage universel

Le processus démocratique de Taiwan a été largement assuré par les différentes réformes qui ont visé à démilitariser les institutions et à dissocier le parti de l’état. L’influence extérieure de la Chine restent un des facteurs influençant le processus démocratique, de l’électeur à la constitution en passant par les partis.

Les institutions et les partis politiques :

Les institutions :
L’un des grands enjeux de la démocratisation de Taiwan fut la dissociation entre  les partis politique et les institutions. Longtemps dirigé par le KMT, la frontière entre parti et état a longuement été effacé. Les plus grandes avancées sont à attribuer à Lee Teng Hui qui a réussi tout en composant avec la question chinoise, à réformer la constitution puis les instances institutionnelles afin d’assurer la démocratie. 

Les partis et la question identitaire : la clef de l’électorat.

Le processus démocratique à Taiwan prend racine sur la question de l’identité. Les différents partis se sont donc constitués autour de cette question. On note que la position des partis face à cette problématique est prépondérante dans l’adhésion des électeurs, et qu’elle continu de mobiliser débat public. Aujourd’hui encore, la position du KMT concernant la question réunificatrice reste source de problèmes pour l’avancé du parti.
Les entités politiques s’organisent donc, dans la majorité, autours de cet axe de réflexion, mobilisant ainsi leurs efforts.
Il conviendrait que les partis cessent de s’appuyer sur les clivages socioculturels pour développer leur électorat, afin que la question du choix du parti ne reste plus axée sur la position identitaire mais sur l’avancé des questions politiques.

Le système politique à Taiwan, partie 2 : les institutions



Chronologie et interrogations sur les institutions Taiwanaises :

 

Les cinq pouvoirs ou conseils : yuan


-        Yuan exécutif : gouvernement
-        Yuan législatif : parlement (monocaméral),
-        Yuan de contrôle, chargé de surveiller l'administration,
-        Yuan judiciaire placé au sommet des institutions judiciaires 
-        Yuan des examens qui supervise le recrutement dans la fonction publique.

Le président de la République :

Est commandant en chef des armées et dispose de pouvoirs très étendus dont celui de nommer les responsables des principales institutions, notamment le Premier ministre et, sur proposition de celui-ci, les membres du Yuan exécutif.
Avant 1996 : Désigné par l'Assemblée nationale
Après 1996 : Elu au suffrage universel

Assemblé nationale :

 Dont les membres élus sont également chargés de modifier la Constitution

Chronologie :


-        1991 : Élection de 375 parlementaires chargés de réviser la constitution ; Avril, la constitution est ravisée pour que le Yuan législatif et l’assemble nationale puisse être élu uniquement par les citoyens des territoires sous contrôle de la République de Chine.

Démission des anciens parlementaires et réforme parlementaire :

-        1992 : élection de nouveaux parlementaires

-        1994 : Livre blanc de Taïwan

-        Décembre 1995 :  dernier délai pour l’achèvement de la révision constitutionnelle

-        Janvier 1996 : élection des députés de l’assemblé nationale pour une deuxième législature

-        Mai 1996 : Election du neuvième président de la république

-        1999 Lee Teng-hui, déclara que les relations entre la Chine et Taïwan étaient des « relations spéciales d’État à État »

-        2000 :

En février la République de Chine publie un livre blanc dans lequel il est réaffirmé que non seulement une déclaration d'indépendance de Taïwan est un casus belli, mais également qu’un refus sine die des négociations en vue de la réunification, l'est également.
En mars, Chen Shui-bian gagne l'élection présidentielle et devient le premier président non membre du Kuomintang.
-        2005 : la République populaire de Chine vote la Loi antisécession, qui "autorise" l'emploi de la force armée si Taïwan déclare son indépendance.

-        2006: 16 avril : le président du KMT (dans l'opposition) Lien Chan rencontre à Pékin Hu Jintao secrétaire général du Parti communiste chinois


Question générale :


Comment au vu de la chronologie présenté peut-on analyser les effets de la relation Chine-Taiwan sur les institutions ? Quel est l’influence de la notion « d’unité de la Chine » sur les institutions nationales ?

La constitution :

Un héritage

Comment la constitution même de la République de Chine qui représente la base du KMT contient en elle le germe d’un procédé démocratique ? L’héritage de Sun Yat Sen, une constitution crée pour un autre pays ?
Par quel moyen le KMT a-t-il museler cette constitution ?

Un aménagement : Comment ont évolué les institutions : le « patch-work » institutionnel

Comment les amendements à la constitution en 1991 1992 1994 et 1997 ont permis la mise en place d’un système semi-présidentiel ?
 Exemple :
Quel furent les révisions constitutionnelles ? Notamment les effets sur le Yuan législatif en 1992 ?( intégralement renouvelé, aucun changement depuis 1949, il mirent en place des mandats de 3 ans)
Comment a été utilisé la relation entre le président et le pouvoir législatif en 1990 ? Comment a-t-elle pu assurer à Taiwan un certain détachement avec la Chine ? (Abrogation des droits à vie des mandat obtenus en 1949, ce qui eut pour action d’écarter la vielle garde du KMT)
Par quel organe élit-on le président de la république avant 1996 ?
Par quels changements dans la constitution somme nous arrivé en 1996 à un vote par suffrage universel ?  Quels enjeux pour la définition politique ? la notion d’état-nation.
Pour quelles raisons constitutionnelles le rôle de président à Taiwan peut être considéré comme la clef de voute du système politique ?
Comment la constitution et les instructions démocratiques limitent-elles l’ampleur des pouvoirs d’un parti élu, donc au pouvoir ? Comment participent-elles à la garanti de la démocratie ?
Que représente le parlement à Taiwan ? Par quel moyen le KMT a-t-il réussit à maintenir son autorité au sein de cette institution ?

Une constitution sous le poids de la Chine :

Comment la réforme plus profonde des institutions et notamment de la constitution pouvant conduire à l’établissement d’une démocratie plus forte se retrouve-t-elle freinée par les questions de l’identité nationale et celle de l’unité de la Chine ?

Une constitution sous le poids des partis : l’enjeu de la dissociation de l’institution et des partis :


A quels égard peut-on considérer que la constitution a été influencé par l’apport des partis notamment du KMT ? Qu’est ce qui dans l’institution taiwanaise même permet cette intrusion ? Comment Taiwan a-t-elle réussit à amoindrir cette influence ? exemple article Stéphane Corcuff : une remise en cause des trois principes du peuple : qui montre l’influence du parti dans les examens de la fonction publique.
Qu’est ce qui n’a pas encore été accompli ?

Comment la position d’un parti politique face à la question d’unité de la Chine pourrait sceller le destin politique de Taiwan et de son organisation étatique ?

La solution dans le nom :

Quel impact la dénomination de république de Chine a-t-elle sur la situation internationale de Taiwan ? Sur son fondement même ?

Les institutions centrales et les partis politiques


Organisation :


Comment se traduit la répartition des pouvoirs dans la république de Chine ?
Comment est élu le président de la république avant 1990 ? Quel changement dans la constitution permet d’aboutir à un suffrage universel ? Quel impact sur la démocratie ? Quels enjeux face à la Chine ?


Source : Wikipédia/ Jean-pierre cabestan, Que sai-je ?/ Hsiao-Feng lee , histoire de Taiwan/ Françoise Mengin : Taiwan ou la démocratisation sous tutelle : heur et malheur de la contrainte  Stéphane Corcuff, articles disponible sur académia.

Le système politique à Taiwan, partie 1 : les partis



Questions générales :

Quels sont les rapports à Taiwan entre les institutions politiques et la question identitaire ?
Quel est l’influence de la notion « d’unité de la Chine » sur les partis politiques taiwanais ?

Les institutions centrales et les partis politiques : Enjeux 


Quel sont les répercussions pour un parti politique de détenir des sièges représentatifs dans les Yuan ? Quel intérêt pour la démocratie ? Quelles conséquences sur les alliances politiques ?

Le nombre de siège au Yuan est-il représentatif des possibilité politiques ? Quelles autres institutions permettent aux partis d’étendre leurs actions politiques ?

Institutions non centrales, un autre domaine pour les partis :

Quel fut le rôle des postes dans l’administration dans le développement des partis ? Comment ont-ils permis d’établir un processus démocratique ? Quel impact sur les votes ?
Que représente pour un parti politique les municipalités ? Quelles possibilités d’action ?
Quels rapports entre parti et parlement ? Comment le parlement peut-il réduire la marge de manœuvre d’un parti élu ?

Partis politique : sortir de la question identitaire, sortir de la question Chinoise : relation intra-inter partis

Unité de la Chine :

Comment la question de l’attitude à adopter face à la Chine bouleverse-t-elle les partis de Taiwan et crée, de fait, une instabilité au sein même de ces dit partis ?
Exemple : La position du KMT de dissocier Taiwan de la Chine quel défi pour le KMT ? la trace du discours et de l’histoire nationaliste face à l’autonomie taiwanaise ? Comment la question de l’unité de la Chine à scinder le KMT ?

Débat identitaire :

Comment la question identitaire définit-elle les lignes politiques ? les alliances ? Comment monopolise-t-elle le débat ?

Les partis politiques : le problème identitaire, face à face et scission :

Les partis politiques : quelle origine pour quelle couleur ! L’identification à un parti ?

Quel est la part à accorder au clivage sociopolitique dans les votes/ adhésions aux partis taiwanais ? Quels sont les grands archétypes de votants ? Comment se dessinent- ils ? Quel est l’importance de l’origine sociale et culturelle au vu des enjeux de la question identitaire taiwanaise ?
Peut-on dire que les partis politiques s’appuient sur le clivage socioculturel pour gagner des électeurs ? Comment les partis construisent-il leur image grâce à la question identitaire ? Quelle influence sur les lignes politiques adoptées ?
Comment le positionnement trop prononcé sur la seule question identitaire taiwanaise pourrait-il mettre en péril la stabilité des partis ? Quelles orientations adopter pour garantir cette stabilité ?
Comment avancer d’un commun accord sur la question identitaire pour préserver la stabilité des partis et le processus démocratique ?

Comment l’avancé générationnelle influence elle les partis dans leurs lignes politiques ? Comment s’adaptent-ils, ou non, à ce facteur ?

Exemple de solution :

Comment le DPP à t-il réussit à augmenter ses voix ces dernières années ? les forces de l’action politique sur le changement des institutions ?